Vivante Lumière

L’Oiseau de Vie en son brillant sillage
Si sensible à la voix qui me parle de vous
Par delà les coteaux, les plaines et les villages
Vient de tracer dans le ciel « entre-nous »

Comme larme d’azur épousant nos visages
Pour tisser un à un tous les fils de la Joie
Lorsque de l’intérieur vibre la souvenance
Où le cœur se sait fier et fou tout à la fois

Amis, regardez bien, la ligne imaginaire
Dans sa simple mouvance au feu de l’horizon
Avec l’attention pure du regard de l’enfance
Nous voici accordés aux pas du liseron

Ce qui croît, ce qui bat, patiemment se prolonge
Et sans jamais faiblir s’attache à notre voie
Déroule sa vivance au plus clair de nos songes
Est de la même sève que cet hôte des bois

Chaque fois que l’élan écarte un peu les ombres
Dans le moindre interstice se faufile la foi
Qui de deux ne fait qu’un à l’orée du silence
Murmure téméraire où l’esprit devient roi.

Que la fête soit belle et surtout qu’elle soit
Comme dans la splendeur du doux regard des bêtes
Cette flamme qui nait et meurt tout à la fois
Pour que l’éternité s’étende entre nos bras.

En la simple évidence
De la beauté.

Lise