Un baptême en grande pompe

Que du beau monde dans l’église de Barcelonnette pour le baptême de Pétronille !

Pétronille est née le 5 octobre 1741. A Méolans Maître Honorat note l’évènement dans son journal personnel, c’est sa sœur Jeanne Honorat qui a porté cet enfant sur les fonts baptismaux, de quoi être très fier.  

Cette petite Pétronille n’est autre que « Pierre Jeanne de Rignac » fille de Messire Félix Honnoré de Rignac, Ecuyer du Roy et Commandant pour sa Majesté (Louis XV) du fort Saint Vincent et de toute la Vallée de Barcelonnette. L’enfant aura une marraine symbolique : la Vallée de Barcelonnette, représentée par tous les premiers magistrats des diverses communautés. L’honneur de porter l’enfant revient à Dame Jeanne Honnorat épouse du procureur Jean Baptiste Berardy, premier consul de Barcelonnette (le maire). La cérémonie à l’église a lieu le 10 octobre 1741 en présence de députés des communautés et un méli-mélo de 16 signatures sur l’acte de baptême atteste le compte-rendu détaillé rédigé par le curé dans son registre paroissial.

Mais tout avait mal commencé pour Pétronille. A sa naissance elle est « en péril de mort ».  Sa mère Jeanne Marie de Launay est assistée par le sieur Hyacinthe Lions maître chirurgien de la ville « dont la probité et la capacité nous sont connues » et celui-ci administre au bébé un sacrement de baptême dans l’urgence : Pétronille est ondoyée. La grande cérémonie dans l’église, cinq jours après, supplée à ce baptême simplifié.

Le père, Messire de Rignac, est le personnage le plus important de la vallée en ce temps de guerre de succession d’Autriche. Il exerce le pouvoir militaire, c’est lui qui donne toutes les directives pour la vallée : réquisitions, logement des troupes, milice, surveillance des chemins et ordres de les réparer. Il doit défendre la vallée. Le préfet pour sa part assure l’ordre public et règle les questions civiles. Messire de Rignac n’habite pas au fort de Saint Vincent à l’entrée de la vallée, mais dans Barcelonnette, logé aux frais des communautés. Il est arrivé depuis une dizaine d’années, d’abord capitaine du régiment du Perche puis second de Messire de Launay le commandant dont il a épousé la fille à Barcelonnette en 1730.

A la mort de Jacques de Launay en 1740, il est devenu le commandant de la vallée et y restera avec sa famille pendant toute sa carrière et jusqu’à sa mort en 1777. Il était distingué d’un titre de dignité, Chevalier de l’Ordre de Saint Louis, titre militaire qui conférait la noblesse. Toutefois il était déjà noble par sa naissance en 1700 dans une famille de hauts magistrats et militaires du Languedoc, mais sans posséder de fief. Dans l’année de son mariage qui avait eu lieu à Barcelonnette, sa jeune femme s’est rendue à Millau chez ses beaux-parents, et y a accouché de leur première fille. On imagine les difficultés de son voyage. Revenue à Barcelonnette elle a donné naissance à 11 autres enfants.

 Ce baptême hors du commun offre un tour d’horizon de toute la bourgeoisie de la Vallée de l’Ubaye. Onze représentants des communes ont l’honneur d’être cités dans l’acte, avec leur fonction sociale. Le jeune Pierre Antoine Honorat, avocat fils du notaire, représente Méolans et Maître Jean César Besson, lui aussi avocat, représente la communauté de Revel « sauf son droit pour la préséance de celle-ci à celle de Méolans s’il y échoit ». Le curé prend des précautions, il soupçonne un conflit de préséance entre Méolans et Revel. Ces deux communautés se sont toujours fait remarquer par leurs relations ambiguës !

Le préfet « Subdélégué de Monseigneur l’Intendant de Provence » est bien sûr présent, c’est le « Sieur d’Auvare », André Corporandy pour l’état civil, véritable baron qui détient le fief d’Auvare, aujourd’hui petite localité dans les Alpes Maritimes non loin de Puget-Théniers, mais à l’époque réelle seigneurie.

 

 

La marraine pompeusement dénommée « Dame Jeanne Honnorat de Berardy » signe aussi, à la fin, oubliant des lettres de son nom dans l’émotion du moment.

 

La cérémonie ne serait pas complète sans un cadeau. Nous en avons connaissance par le livre de Xavier Balp* qui intitule ce paragraphe « Hésitation pour un cadeau à Mme de Rignac » et cite un conseil de la communauté de Meyronnes :

« …il a été proposé que, Madame de Rignac ayant gratifié les communautés de cette vallée pour être les marraines de l’enfant dont cette dame s’est accouchée, les consuls de cette communauté et les députés des autres de la vallée ayant eu l’honneur de la faire baptiser et étant du devoir desdites communautés de faire un présent à cette mère (non proportionné à sa qualité et à son mérite parce qu’elles ne le pourraient), il conviendrait de lui faire présenter ce qu’elle souhaite pour de suite être fait par les dites communautés, ou une somme d’argent à lui offrir pour rembourser les 48 livres 12 sols d’étrennes qui ont été distribuées le jour du baptême à la nourrice et domestiques de ladite dame… Les assistants se sont réservés d’y délibérer une autre fois…La Vallée fit enfin un présent à Mme De Rignac ; la cote de ce présent fut pour Meyronnes de 17 livres 4 sols 6 deniers ».

 

Messire Honnoré Félix de Rignac et sa famille garderont toujours des liens avec la famille du notaire de Méolans, notamment des liens de parrainages. En 1762 il fut remplacé dans sa fonction par son fils Antoine Louis, capitaine au régiment des gardes lorraines, qui avait été gravement blessé à une jambe au cours d’une bataille en 1758. Le conseil de communauté de Méolans, très heureux de cette nomination, envoya une délégation féliciter le nouveau commandant. Celui-ci conserva son poste jusqu’en 1794. La famille fut dispersée sous la Révolution.

 

 

Marie Christine

 

* Xavier BALP : Vallée de Barcelonnette, Ubaye Ubayette (Meyronnes, Larche) tome II, contact de l’auteur : ubayen1@gmail.com

Source :

AD 04 Barcelonnette actes paroissiaux 1MI5/0074, l’acte est réparti sur 3 vues : 45, 55 et 56/610 .

Le journal personnel du notaire se trouve à la fin du registre 2 E 12177, photo 397v et suivantes :

https://registres.laverq.net/index.php?/category/2e12177

illustration : le baptême catholique, détail, gravure B. Picart, photo Wellcom Collection

Partager l'article sur Facebook