Testament de Claude AMAVET en 1648

Un testament est un acte important qu’un généalogiste est toujours heureux de trouver car il donne souvent la filiation descendante sur plusieurs générations. Mais, nous allons le voir, il faut parfois être très prudent quant à cette lecture. Celui de Claude AMAVET, le 1er septembre 1648, en est un bel exemple car il cumule deux problèmes, d’une part une erreur d’interprétation, d’autre part une erreur du notaire. Dans les deux cas, ces erreurs sont difficiles à détecter.

Eglise Méolans Revel

 

 

Pour ceux qui le souhaite, la transcription complète et les photos de cet acte sont disponibles ici :

https://www.laverq.net/genealogie/actes/testament-de-amavet-claude/6533/

 

 

 

 

Commençons par en faire une lecture attentive et voyons les informations que nous pouvons en tirer.

L’acte commence toujours par la date et la présentation du testateur :

Testament de sire Claude Amavet
fu Honnoré contenant tutelle et
curatelle de ses enfants

Au nom de dieu soit il amen scache
touts present et advenir que l’an mil six cents
quarante huict et le premier iour du mois de
septembre par devant moi notaire ducal soubsigné et tesmoins
infranommés personnellement constitué honeste homme
Sire Claude Amavet fu Honnoré du Martinet forestage
du lieu de Méolans lequel de son gré pure et franche

Le testateur se met ensuite en règle avec l’église et donne toutes les dispositions nécessaires pour son enterrement, le nombre de prêtre, les messes, neuvaine, chantars … qui vont souvent se poursuivre sur plusieurs années. Les sommes léguées aux prêtres sont importantes et ce sera aux héritiers d’assurer le paiement de ces prestations.

que soient appellés et convoqués les prêtres dudit lieu
de celui de Revel et du Laverq auquels a légué et
lègue dix soldis pour chescun et leur disner honestement
apprès qu’ils auront célébré le St sacrifice de la messe

Viennent ensuite les legs à ses héritiers. Il commence par ses petites filles :

… Item ledit testateur a légué
et lègue à Magdeleine ESMIEU fille d’Antoine, Marguerite
ESMIEU fille de Giraud et Marguerite CHABRAND fille
de Laurens un escu monoie de France pour chescune
paiable un an appres son deces par ses héritiers infranommés

Nous pouvons en déduire ici que seuls les gendres étant cités, ses trois filles ne sont plus de ce monde mais cela reste une supposition.

Le testateur poursuit avec quatre autres filles et leur mari respectif :

… Item ledit
testateur a légué et lègue par droict d’institution
particulière à Marguerite Jehanne Anne et Magdeleine
AMAVETTE ses filles légitimes et naturelles et femmes
respectivement de Me Anthoine DERBESI notaire, Jehan louis
MARTEL fu Benoist, Esprit LEBRE fu Jehan et André
GISLE fu Jehan, un escu monoie de ce pais pour
chescune outre ce qu’il leur a déjà doné dans leur
contract de mariage, paiables un an après son décès
par ses héritiers infrascript …

Il continue avec deux autres filles en bas âge :

… Item ledit testateur a légué
et lègue par droit d’institution particulière à Catherine
et marie AMAVETTES ses autres filles légitimes
et naturelles encor constituées en bas âge la somme
de cent escus à trois livres l’un monoie a présent courant
en Provence pour chescune avec un lict garni …

Viennent ensuite deux fils :

… Item ledit testateur
a légué et lègue par droit d’institution particulière
à Joseph et Jean Louis AMAVET ses biens aimés fils
légitimes et naturels et au chescun d’iceux la somme
de soixante escus susdite monoie de France …

Il continue avec la pension qu’il souhaite laisser à sa femme :

item ledit testateur se resouvenant des agréables
services qu’il a receu et espère recevoir d’honeste
Anne AUBERT sa femme …

Suit la description de cette pension dans tous ces détails.

Il termine en nommant ses héritiers universels, probablement ses deux fils ainés :

… a de
sa propre bouche nommé ses héritiers universels
scavoir est Anthoine et Honnoré AMAVET ses
enfants légitimes et naturels chescun pour la
moitié esgalement, par lequel veut et ordonne
que tout ce qu’il a cy dessus institué soit entièrement
et de point en point observé et paié et venant
à décéder ou l’un d’iceux en estat pupillaire ou
autrement sans hoirs légitimes de leur propre corps
deffendant audit cas les a soubsitués l’un à l’autre
et au contraire, et venants touts deux à décéder
comme dessus audit cas leur a soubstitué lesdits
Joseph et Jean Louis chescun pour la moitié …

Reste à régler la tutelle de ses enfants « en âge pupillaire »

Ce sera fait en nommant les tuteur et curateurs :

… en la
personne de ladite Anne AUBERT sa femme l’a nomée
et nome pour tuteresse de sesdits enfants et filles qui se
trouvent encore en age pupillaire, avec puissance à
ladite tuteresse de faire et passer toute sorte d’actes et contracts
que sera nécessaire touchant l’administration de ses dits
biens, avec l’assistance de Jehan Louis MARTEL fu Me
Benoist son beau fils et Me Césard SICARD notaire son neveu
qu’il a nommés pour curateurs de ses dits enfants ou de
l’un d’iceux sans qu’elle soit tenue ni obligé à rapporter
la confirmation de ladite charge des sieurs consuls et iuges
ordinaires des lieux de Méolans et Revel …

Le notaire termine l’acte avec le lieu où il a été rédigé, souvent la maison du testateur, et la liste des témoins. On y apprend ici que Claude AMAVET réside au hameau du Martinet « forestage » de Méolans.

ledit testateur a requis acte qu’a esté faict et publié
audit Méolans au forestage du Martinet dans la maison
dudit testateur en présence de Vénérable Messire Pol BAIN prêtre
et curé dudit lieu, Vénérable messire Jehan CHAUVET prêtre et curé
du Laverq, Me Anthoine DERBES notaire, Spérit AMAVET fu
Sieur Anthoine, Jacques GISLE fu Julien, Spérit LEBRE fu
Jehan et Anthoine ESMIEU fu Jacques tesmoins à ce
requis appellés et soubsignés ledit testateur a dit ne
scavoir escrire signé comme sur la brève notariale

et de moi Louis HONORAT notaire ducal dudit Méolans
recevant et soubsigné

Bien qu’aucune filiation ne soit citée, cette liste des témoins peut donner quelques informations supplémentaires mais bien sûr sans certitude.

Le notaire cite Anthoine DERBESI, notaire comme gendre de Claude AMAVET mais Anthoine DERBES, notaire comme témoin. A cette époque, les personnages importants ont tendance à ajouter un « i » à la fin de leur nom. C’est donc probablement la même personne.

Deux autres gendres sont cités, Esprit LEBRE et Anthoine ESMIEU. Ce dernier est dit fu Jacques. C’est donc une filiation supplémentaire qui peut avoir son importance.

Spérit AMAVET fu Anthoine et Jacques GISLE fu Julien sont peut-être des parents proches mais rien ne permet de le confirmer.

 

En résumé, voici les informations que nous pouvons tirer de ce testament :

  • Honnoré AMAVET
    • Claude AMAVET x Anne AUBERT
      • + Fille1 x Antoine ESMIEU
        • Magdeleine
      • + Fille2 x Giraud ESMIEU
        • Marguerite
      • + Fille3 x Laurens CHABRAND
        • Marguerite
      • Marguerite x Anthoine DERBESI, notaire
      • Jeanne x Jean Louis MARTEL fu Benoist
      • Anne x Esprit LEBRE fu Jehan
      • Magdeleine x André GISLE fu Jehan
      • Catherine (en bas âge)
      • Marie (en bas âge)
      • Joseph
      • Jehan Louis
      • Antoine
      • Honnoré

On note aussi Césard SICARD, notaire, neveu de Claude AMAVET

C’est ce qu’un généalogiste bénévole va noter dans son relevé.

Voici, sur Généabank, le relevé effectué par le CGAHP :

Alors où sont les erreurs ?   Réponse la semaine prochaine

 

Roland

Photo église : Lucien

Source acte : Archives départementales des Alpes de haute Provence – Registre 2E12156 folio 237v

Partager l'article sur Facebook