Les Gilly de Méolans

Le patronyme Gilly est un patronyme très répandu à Méolans, et tout particulièrement dans le hameau de Saint Barthélémy. Les familles Gilly n’ont pas eu plus d’enfants que d’autres, peut-être un peu plus de garçons ?

 

Pour faire leur arbre généalogique, les GILLY et descendants de GILLY doivent explorer des registres d’état civil aux multiples pages couvertes de GILLY.

Et pourtant aucun Gilly ne figure au cadastre le plus ancien qui nous soit parvenu, datant de 1702. Aucun Gilly dans les conseils de communauté ou de paroisse de Méolans depuis les premiers dont on dispose : 1649, jusque vers 1720… Si entre ces dates on rencontre un Sieur Gilly dans les registres de notaire, c’est un habitant du Lauzet ou de Saint Vincent. Les GILLY seraient-ils arrivés à Méolans au milieu du 18ème siècle ? Bien évidemment non, ces familles y sont installées depuis les fameux « temps immémoriaux ». C’est la façon d’écrire leur patronyme qui a radicalement changé au cours du 18ème siècle, et non pas d’un jour à l’autre, mais progressivement. Au 17ème siècle à Méolans il n’y avait que des « GISLE ». Dans le cadastre de 1702 on trouve 46 chefs de famille qui se nomment GISLE, dont 21 à Saint Barthélémy.

 Nos ancêtres GILLY étaient des GISLE, et d’ailleurs certains ont porté les deux patronymes, ils sont nés GISLE et morts GILLY, changeant même de signature au cours de leur vie. Des pères GISLE fidèles à leur patronyme ont eu des fils GILLY.

 Ainsi Louis Gilly, fils de Joseph Gisle, neveu de Gisle, se marie à Allos en 1749, avec Angélique  Aillaud.

Est-ce que ce nom GISLE se prononçait GILLI ? Vers 1725 le curé écrit GISLY… Il faut préciser que la lettre Y à la fin du nom avait été considérée comme une marque de distinction. A cette mode, le notaire Maître PIN d’Allos était devenu Maître PINY, les notaires et curés DERBES de Revel étaient des DERBEZY… Les capitaines JAUBERT de Barcelonnette signaient JAUBERTY… Il y a eu des HONNORATY, des MARTELLY… Lettre terminale bien utile pour une signature inimitable ! Donc les GISLE de Méolans ont pu se gratifier d’un Y, reste à savoir comment ils prononçaient ce Y ? Comme un i puisque quelques curés écrivent toujours « GILLI » ? Ensuite toutes les générations ont adopté cette orthographe avec un Y à la fin, apprenant à écrire à la même école.

Qui est le premier GILLY de Méolans d’après les actes de notaire du lieu ? Il semblerait que ce soit le curé Pierre GILLY, du Laverq, qui teste le 7/02/1734. Puis apparait Magdeleine GILLY fille de feu Pierre, de St Barthélémy, qui épouse Jean BARTHELEMY aux Clarionds le 8/02/1734, dans ce contrat de mariage on trouve encore un François GISLY de la plume du notaire, qui signe GILLY.

Au 19ème siècle l’orthographe des noms se fixe pour toutes les familles, et même si des erreurs d’orthographe sont commises par les nouveaux officiers d’état civil, il faut respecter le papier officiel. Ainsi Jean Pierre Gilly, le matelot de Trafalgar déjà rencontré dans un précédent article, a posé un problème à la Chancellerie pour sa Légion d’Honneur et cumulé deux certificats rectificatifs de patronyme : son acte de baptême valant acte de naissance en 1780 était au nom de GILLI, jeune il avait été enrôlé GISLE, puis était désigné Officier GILLY; un secrétaire a conclu « surnommé GILES »,alors le vieux soldat a signé GILLES sur ce papier, mais il signait GILLY sur d’autres ! Au total on trouve cinq orthographes différentes dans son dossier.

Avec l’état civil, après 1792, on ne trouve plus de GISLE à Méolans, et beaucoup de GILLY. Les surnoms sont peu à peu abandonnés dans les écrits officiels, alors qu’ils étaient bien utiles. Heureusement les   prénoms sont devenus multiples et peuvent faciliter les recherches dans l’état civil. Dans les recensements de population qui sont en ligne sur le site des archives départementales, on ne trouvera que le prénom usuel. Par convention, dans la base généalogique de notre site le patronyme Gilly a souvent remplacé Gisle et Gisly, pour faciliter les recherches et les regroupements familiaux.

Marie Christine

Photos  AD04, Tables décennale et registres des notaires de Méolans.

 

Partager l'article sur Facebook