Le vent des cimes

Il est des pas finement accordés au chemin, évoluant en harmonie intérieure, si bien qu’ils n’en finissent pas de nous étonner,

A la manière du vent des cimes…

 

Je t’envoie le vent des cimes
Qui claque au visage
Et siffle en gambadant
D’un air insolent.

La fine libellule
Et le papillon blanc
Qui butinent en chantant
Les fleurs des champs.

Le ruisseau qui s’éclate
En bondissant
Et de sa mousse nappe
L’air en passant.

La fauvette légère
Au détour d’un buisson
Qui part à tire d’aile
Vers l’horizon.

Et la rosée qui perle
Aux doigts des primevères
Avec un air narquois
Qui dit  » vous ne m’aurez pas  » 

Tout un monde tranquille
Épris de liberté
Qui vit à l’écart des chemins fréquentés
Et tisse en silence sa destinée.

Lise

Partager l'article sur Facebook