Jean Antoine Milles maréchal à forge des Tarroux

Le père de Joseph des Clarionds, Jean Antoine MILLES, faisait partie de la grande famille MILLES installée dans les hameaux de Peynier et des Tarroux au 17ème et 18ème siècle. Mais il y a eu plusieurs Jean Antoine !  Antoine et Jean Antoine sont des prénoms très répandus à cette époque. L’église du Laverq est dédiée à Saint Antoine L’Egyptien, on se place sous sa protection. Chacun ayant un surnom les gens n’étaient pas gênés de tant d’homonymie. Dans la lignée un Antoine en remplace un autre, comme dans toute dynastie.

Les hameaux des Tarroux et Peinier

Jean Antoine MILLES le fils de Jean et Marthe HERMELIN a vécu au hameau des Tarroux.

Orphelin de père dès son adolescence, il se retrouve seul avec sa mère ainsi que son jeune frère Jacques et sa sœur Anne. Sa sœur Honorade est déjà mariée à Charles AMAVET lorsque sa mère teste le 30 octobre 1652 et décède. Le 12 novembre 1652 ses deux oncles, frères de son père : Barthélémy et Daniel MILLES , exposent devant les consuls que les trois enfants ne peuvent rester sans tutelle et font état du danger pour leurs biens. Daniel est nommé tuteur et chargé de faire l’inventaire des biens tandis que Barthélémy et le beau frère Charles sont nommés curateurs. Daniel déclare qu’il y a présentement dans la maison : « une anesse poil gris, une vache petite, 2 anouges, une fède, une flassade à laine, 2 linceuls, environ 25 quintals moitié foin moitié paille, une charge blé, un cestier avoine,…etc.. »

Le 31 décembre tuteur et curateurs organisent une vente aux enchères des biens de Jean cités dans l’acte de mise sous tutelle. Par d’autres actes postérieurs nous apprenons que tout n’a pas pu être vendu. Dans les années qui suivent plusieurs parcelles de terre seront vendues, jusqu’à la majorité d’Anne et Jean Antoine qui nous est indiquée dans un acte du 14 mai 1656. Par ces ventes les intérêts de dettes sont couverts, mais non le capital. Les 3 enfants sont en indivision , Jean est mort ab intestat et il faudra attendre la majorité de Jacques pour que tout soit réglé , pas avant 1663 et 1665.              

Jean Antoine devient maréchal à forge et son métier commence probablement à porter ses fruits.

Le 15 aout 1665 il rachète les parcelles de terre cédées 10 ans auparavant et donne quittance à son oncle Daniel pour ses comptes tutélaires. Le lendemain  il signe un contrat de mariage avec Jeanne BARTHELEMY fille ainée d’Esprit et Louise GISLE qui habitent aux Clarionds.

Le 29 octobre 1665 son frère Jacques ratifie la tutelle de l’oncle et vend sa tierce portion d’héritage à Jean Antoine. Le 13 décembre 1665 sa sœur Anne lui revend elle aussi sa part, le jour de son mariage avec Honoré BIARD de Seyne. Honorade , sans doute sœur ainée de Jean Antoine, avait reçu une dot avant 1652 et donc dû renoncer à toute prétention sur l’héritage du père, selon la coutume, mais son contrat de mariage nous est pas connu.

Jean Antoine a donc réussi à se constituer un patrimoine important à Peynier et Tarroux.

A droite du hameaux des Tarroux, la rangée d’arbres masque le ruisseau sur lequel étaient situés les moulins

En 1685 il entreprend de construire un nouveau moulin à blé aux Tarroux. Il achète un droit de passage de l’eau à Sperit BARTHELEMY fils de feu Hilaire. Il lui faut aussi traiter avec Jean et Etienne père et fils TRON. A cette époque ils sont propriétaires du moulin de Peynier. Ce moulin avait appartenu au grand-père de Jean Antoine, mais attribué à l’oncle Barthélémy MILLES, il avait été vendu, puis revendu. Ils signent un accord pour garantir que le canal ne soit pas déplacé. Chaque hameau désirait avoir son moulin pour éviter des transports pénibles et dangereux. En montagne l’entretien d’un moulin à eau et d’un canal est très difficile et l’achat des meules problématique, si bien que la plupart de ces installations ont disparu rapidement. Est-ce que Jean Antoine a réussi dans cette entreprise ? Il semblerait que oui. Pourtant dès 1690 les guerres ont ruiné la vallée. Le moulin est encore cité le 10 Juillet 1698 dans le contrat de mariage de son fils dénommé Jean Antoine (lui aussi) avec Honorade REYNAUD,  Jeanne BARTHELEMY s’y réserve « une terre au dessus du moulin des Tarroux ».

Jean Antoine n’assiste pas à ce mariage, il décède avant.

Le testament de Jean Antoine a été rédigé par Maître Blanqui, dont les registres ne nous sont pas parvenus mais nous disposons du testament de son épouse Jeanne en date du 10 mai 1720. Dans cet acte Jeanne cite 7 enfants : 5 garçons et 2 filles.

On y apprend que leurs fils François et Etienne se sont mariés à deux sœurs Marie et Anne ROUSSET à Selonnet (28/02/1696 et 27/11/1700). Etienne qui est déjà décédé a un fils Joseph habitant à Selonnet, dans la viguerie de Seyne. Un autre cadet Jean Louis est encore mineur au jour du testament et Joseph est installé aux Clarionds avec Marie REYNAUD. Leur fille Lucrèce est mariée à Joseph TRON. Leur fille Magdeleine est restée à proximité, elle a épousé Etienne COLLOMB en 1707.Le même jour Jean Antoine l’héritier universel, veuf d’Honorade REYNAUD, se remariait avec Elisabeth COLLOMB la sœur d’Etienne.

Au fil du temps les générations suivantes se succèdent aux hameaux de Peynier et des Tarroux, mais le patronyme MILLES s’y éteint, remplacé au 19ème siècle par des familles GILLY  descendants de notre Jean Antoine maréchal à forge et meunier, et ROUX descendants de son cousin germain Jean, fils de l’oncle Daniel tuteur.

Marie Christine