Isabelle, es-tu là ?

Cette année de nombreuses observations du très beau papillon de nuit « Isabelle de France ou papillon vitrail » ont été faites dans la commune et le 11 mai, Christiane des Clarionds en trouve un le matin sous sa fenêtre!!
J’ai sollicité les spécialistes du département pour faire 2 prospections pour savoir si il se trouvait plus haut dans le vallon. Une prospection le 2 juin (après la pluie ) s’est soldée par un échec, mais le vendredi 15 juin au soir, ils étaient là, 2 jeunes mâles!!

 

Avec ses ailes diaphanes, vertes et nervurées de brun violacé, on dirait un vitrail. C’est une merveille, cette isabelle ! D’autant plus belle qu’elle est difficile à apercevoir. Et pour cause : d’abord elle est nocturne, ne sortant guère avant 22 h ; ensuite, elle est rare ! Enfin, malgré une belle envergure, elle est presque indétectable dans les branches de pins. Même son histoire est étonnante : l’espèce n’a été découverte qu’en 1839, dans les sierras madrilènes (Espagne), et fut dédiée à une reine, Isabelle II d’Espagne. En 1922, on la découvrit dans la Vallouise (Hautes-Alpes) Elle est protégée.


La sous-espèce qui nous concerne est endémique des Alpes du Sud. Elle est exclusivement liée aux pins sylvestres, entre 1000 et 1800 m d’altitude, dont la chenille consomme les feuilles. L’adulte, lui, ne se nourrit pas et ne vit pas plus de cinq jours au printemps… Fragile beauté !l! La larve reste dans la chrysalide durant 2 ans, avant la dernière mue en papillon. Il ne lui reste alors qu’une quinzaine de jours de vie. En sortant de sa chrysalide la femelle émet des phéromones pour attirer le mâle. Une fois fécondée, elle dépose ses œufs entre les aiguilles d’un pin sylvestre.

Lucien